Bulletins

Mon voyage à Kalimpong
Par Barb Haddad

Le 6 septembre 2005, j'ai quitté le bassin de Katmandou et mon travail de bénévole avec Child Haven International pour me rendre à Kalimpong afin de voir comment le projet de construction d'une résidence pour les aînés avançait. Après avoir embarqué dans un petit avion de Buddha Air pour aller jusqu'à Bhadrapur dans l'Est du Népal, j'ai marchandé un passage en voiture jusqu'à la frontière avec l'Inde et j'ai ensuite rejoint Panitanki en pousse-pousse à bicyclette de l'autre côté du pont. Du côté indien, j'ai pu admirer les nombreuses plantations de thé. Le périple vers Kalimpong a débuté à Siligouri, dans la partie orientale du pays, qui mène vers Sikkim, Darjiling et le Bhoutan. Après un trajet de deux heures et demie sur des routes sinueuses dans les contre-bas de l'Himalaya, et à travers de nombreux petits villages au-delà de la rivière Teesta, notre jeep est finalement arrivée à Kalimpong.

TWO Tashi La and and elderly
©  Barb Hadded

Une fois installée dans une chambre avec une vue magnifique de la vallée Teesta, je me suis mise en devoir de trouver l'Office tibétain du Bien-Être Social. Ce qui est merveilleux à Kalimpong, c'est que, parfois, le soir, on peut marcher dans les nuages et la qualité de l'air y est si différente de celle dans les grandes villes achalandées des basses-terres de l'Inde.

Le lendemain, j'ai rencontré M. Tsewang Tashi Ksaraleg, l'Agent du Bien-Être Social de Kalimpong, qui m'a accueillie chaleureusement. Il m'a d'abord offert du thé avant de me montrer l'endroit où la résidence pour les aînés que nous parrainons allait être construite. Malgré le fait qu'il avait beaucoup à faire à cause des préparations pré-électorales, il a pris le temps de m'accompagner durant toute ma visite et, au cours de nos longues conversations, j'ai pu apprécier son dévouement à la cause et à la communauté tibétaines et son admiration pour Sa Sainteté le Dalaï Lama.

Pendant nos excursions, nos repas pris ensemble et les nombreuses tasses de chai, Tashi La m'a fait part de sa vision pour Kalimpong et de sa loyauté envers la communauté. J'ai d'ailleurs pu le constater lors de nos visites à des personnes dont il s'occupait. Il s'agissait le plus souvent de personnes âgées qui avaient des problèmes de santé et qui étaient sans ressources. Nous avons essayé de nous occuper d'un cas sérieux, un vieil homme qui avait une telle infection dans la jambe que j'ai pensé que cela risquait de se transformer en gangrène, si on n'agissait pas rapidement. Nous avons donc fait les démarches pour l'évacuation de ce vieil homme afin qu'il puisse être traité médicalement et pour qu'un suivi puisse être assuré par l'agent local au retour. J'ai pu voir des cas semblables de personnes âgées vivant seules, souvent loin des services médicaux et sans moyens de transport, ce qui complique infiniment la tâche.

Je comprends la nécessité de construire une résidence pour les aînés tibétains dans cette région. Il est essentiel que ces gens aient un abri solide et chaud, près d'un centre médical. En ce qui concerne la composante sociale, le Mani Lakhang, qui est le centre communautaire tibétain, se trouve juste à côté du site proposé pour la résidence. Nous sommes maintenant en mesure d'installer de nouveaux planchers dans cet édifice, grâce à la générosité d'un des bénévoles de LATO, M. Bill O'Connell, qui a versé la totalité des fonds (3,500 $) pour la rénovation. De nombreuses activités et cérémonies ont lieu dans ce centre communautaire. Pendant ma visite, il servait de centre de scrutin pour les élections dans la région de Kalimpong. Au deuxième étage, se trouve le monastère local et, à côté, il y a la Clinique de médecine tibétaine.

Femme tibétaine ainée
©  Barb Hadded

Cette visite a été très instructive. J'ai même pu filmer quatre aînés tibétains qui m'ont fait un récit bouleversant de leur vie. Ce sera un honneur de partager ces histoires au souper du dixième anniversaire du ATO en octobre 2007. J'ai également eu le privilège de rencontrer l'architecte, M. Ashok Pradhan, qui m'a montré les plans pour la construction de la résidence et nous avons pu discuter de certains aspects. Le lendemain, il m'a remis les plans pour que je puisse les ramener à Ottawa.

Je me souviendrai toujours de l'hospitalité de Tashi La et de son fils Wangdue, ainsi que de celle de M. Ashok Pradhan. Je les remercie du temps qu'ils ont gracieusement accepté de partager avec moi durant une période si occupée à Kalimpong.

 

   
«  »
- Sa Sainteté le Dalaï Lama